Cambodge - Laos - Vietnam - Ouest Américain




30 avril 2014

Mai chau : trek dans la réserve de Pu Luong- Jour 4

Lundi 28 avril :

Aujourd’hui c’est notre dernière journée de randonnée dans la réserve de Pu Luong. Il a plu toute la nuit. Le sentier que nous devions suivre et qui traverse la forêt tropicale est trop dangereux pour que nous l’empruntions : il est très escarpé, beaucoup trop glissant. Les risques de chutes sont trop élevés, nous prendrons donc un autre sentier pour rejoindre le dernier village de notre périple.

Nous partons dans le brouillard pour une randonnée de huit kilomètres. Nous suivons un sentier très boueux et très glissant qui traverse une forêt tropicale. La pluie nous accompagne mais elle est moins forte qu’hier. Aujourd’hui nous nous sommes équipés pour la pluie : c’est quand même mieux. Au début notre avancée est ralentie car nous essayons d’éviter les zones les plus boueuses. Rapidement nos chaussures sont tout de même couvertes de boues, nous pouvons donc reprendre notre rythme de croisière sans nous soucier de la boue. Il faut tout de même faire attention : nous glissons souvent et certains d’entre nous vont même au tapis à plusieurs reprises.

Même avec ce temps exécrable la randonnée que nous faisons reste agréable. Les paysages sont impressionnants. Avec ce temps plus qu’humide, nous avons presque l’impression d’être de retour au Costa Rica, en train de randonner dans les environs de Monteverde (forêt pluviale du centre montagneux du pays).









Nous n’avons pas le choix, il faut prendre les choses du bon côté : la pluie nous aura au moins permis de faire cette jolie photo !


Dans un passage particulièrement humide nous rencontrons des petites bestioles pas très sympas : des sangsues ! Par endroit on en voit des dizaines. Michèle aura l’honneur d’en nourrir deux, Jean Michel une seule. Pas très agréable comme sensation ! On devient vite parano, on a l’impression d’en avoir partout.

A mi-parcours la pluie cesse. Nous nous retrouvons à nouveau près d’une vaste zone de rizières en terrasse et peu de temps après nous traversons un petit village traditionnel. Les paysages que nous rencontrons sont toujours aussi magnifiques.






Dommage que le beau temps ne soit pas au rendez-vous, ce serait tellement beau ! Si nous souhaitons que le soleil revienne, certains des promeneurs que nous rencontrons sont enchantés de ce temps pluvieux. Ils se régalent !



Nous traversons une dernière rizière …




… et nous arrivons au village où nous dormirons ce soir.





« Notre » maison est une maison traditionnelle sur pilotis située juste à côté d’une immense zone de rizières. Elle dispose d’un balcon qui offre une vue panoramique sur ces rizières. Un vrai régal !



Après un peu de repos nous partons faire une grande balade dans les rizières qui entourent le village.











Au cours de cette balade Michèle s’est faite une nouvelle copine. Nous avons été surpris car c’est elle qui est venue à sa rencontre.


Ce soir, nous avons à nouveau droit à un véritable festin pris en commun avec nos guides, notre motard-organisateur et la famille qui nous accueille (un couple qui a deux enfants : un garçon de 10 ans et une fille de 22 ans). Comme les autres fois l’alcool de riz coule à flot, mais chacun est libre de boire ce qu’il veut. Une fois de plus la soirée est super sympa et très conviviale. Malgré la barrière de la langue nous parvenons tout de même à échanger (merci à Thanh, notre guide francophone, de faire l’interprète). Que d’excellents souvenirs !


La famille de ce soir est celle qui nous a le plus touchée. Très prévenant avec nous, le mari a passé beaucoup de temps avec nous et il nous a très souvent préparé du thé. Sa femme est également d’une très grande gentillesse. Ils ont fait leur maximum pour que notre séjour chez eux se passe bien et que nous gardions de bons souvenirs. C’est réussi !

Cette nuit nous dormons tous dans la même pièce, là où nous avons mangé. Nous sommes neuf !

Mai chau : trek dans la réserve de Pu Luong - Jour 3

Dimanche 27 avril :

Hier soir, afin de pouvoir profiter d’un peu de fraîcheur et de ne pas avoir à supporter les fortes chaleurs que nous avons rencontrées en milieu de journée, nos guides nous ont proposé d’avancer notre départ de deux heures. C’est donc à sept heures que nous partons ce matin. Il ne fallait pas rêver : le beau soleil que nous avons eu hier n’a pas duré bien longtemps. Le ciel est gris, très gris. Nous ne devrions pas avoir de problème avec la chaleur aujourd’hui !

La randonnée au programme du jour fait 14 kilomètres. Nous longeons plusieurs zones de superbes rizières en terrasses toujours encadrées de montagnes recouvertes de forêt tropicale. Une pluie fine nous accompagne la plupart du temps. Comme nous sommes partis sans notre équipement de pluie (nous étions trop confiants sur le temps suite à la journée ensoleillée d’hier) nous sommes rapidement plutôt humides.






Un peu avant la mi-parcours nous traversons une immense étendue de rizières en terrasses. Malgré un ciel de plus en plus menaçant, les paysages sont majestueux. Des petits villages ponctuent la traversée de ces superbes rizières. Nous y sommes accueillis à bras ouverts par les enfants qui ne doivent pas avoir souvent l’occasion de voir des touristes.









Après avoir traversé cette grande étendue de rizières, le sentier que nous suivons prend de l’altitude et très vite nous nous retrouvons au cœur de la forêt tropicale.



La pluie gagne en intensité et d’un seul coup un orage violent éclate. En quelques minutes nous sommes trempés jusqu’aux os. Notre sentier devient un véritable torrent. Impossible d’aller plus loin. Heureusement pour nous, nous apercevons une maison sur pilotis à quelques centaines de mètres de nous. Nous nous précipitons pour nous mettre à l’abri sous cette habitation. Très vite la maîtresse de maison vient à notre rencontre et nous invite à venir chez elle en attendant que le temps s’améliore. Nous en profitons aussi pour reprendre des forces car la randonnée d’aujourd’hui présente un dénivelé assez important.



Nous resterons dans sa maison près d’une heure et demie à regarder la pluie tomber.



Le ruisseau que l’on voit sur la deuxième vidéo, c’est le sentier que nous devons suivre !

A plusieurs reprises la pluie baisse d’intensité. Parfois elle semble même vouloir s’arrêter. Mais chaque fois, après quelques minutes, elle repart de plus fort. Il faut pourtant prendre une décision : nous profitons d’une très légère accalmie pour repartir. De toute façon, nous sommes tous trempés, nous ne risquons donc plus grand-chose. Nous poursuivons notre randonnée dans des paysages de forêt tropicale vierge. Avec la pluie qui nous accompagne quasiment sans répit, nous comprenons bien le concept de forêt tropicale humide.




Peu de temps après être repartis, notre itinéraire emprunte une petite route. Il est presque midi et c’est le moment où notre moto-ravitaillement nous rejoint. Ce petit repas sur le bord de la route nous fait le plus grand bien. La pluie a été sympa, elle nous a offert une pause durant notre pique-nique.


Notre GO (gentil organisateur) motard reprend la route. Nous le rejoindrons dans deux heures, à la fin de notre randonnée. A peine est-il reparti que la pluie reprend. Elle ne nous quittera pas jusqu’à ce que nous atteignions le village où nous dormons cette nuit (4ème photo).

La fin de notre randonnée sera particulièrement pénible, même si les paysages que nous traversons sont particulièrement impressionnants. Quel dommage que nous n’ayons pas un rayon de soleil de temps en temps ! Sous le soleil cette région doit être extraordinaire.





C’est avec un immense soulagement que nous atteignons enfin la famille qui nous héberge cette nuit. Comme hier, il s’agit de Thaïs Blancs qui habitent une maison sur pilotis. Cette famille est charmante et le thé de bienvenue qui nous est offert tombe à point. Nous passons le reste de l’après-midi à nous reposer et à essayer de remettre en état nos vêtements, nos chaussures et le contenu de nos sacs à dos qui sont trempés et couverts de boue.

Un miracle se produit en fin d’après-midi : la pluie cesse ! Nous en profitons pour aller faire un tour dans le petit village qui nous accueille. Il est tout petit, perdu au fond d’une vallée et relié au reste du monde seulement par une piste. Aucune voiture ne peut le rejoindre ! Un vrai bout du monde.






Ce soir, comme hier soir, nous partageons un excellent repas avec nos guides et notre famille d’accueil. Une multitude de plats nous est proposée. Ils sont tous meilleurs les uns que les autres. Et là encore la convivialité est au rendez-vous. L’ambiance est joyeuse. Ce soir, c’est la fête. Notre motard-organisateur est là pour mettre l’ambiance et attention, aujourd’hui il ne rentre pas chez lui, il dort avec nous. Il faut faire attention aux verres qui se remplissent d’alcool de riz dès qu’ils sont vides !


Après cet excellent dîner, c’est soirée télé pour ceux qui ne sont pas trop fatigués. Au programme : film chinois doublé en vietnamien.


 Tout au fond de la pièce qui sert de salle à manger, salon et cuisine, on devine la cuisine.

Ce soir nous dormons tous dans la même pièce : la famille, nos deux guides, notre motard-organisateur et nous deux, soit dix personnes. Nous avons tous droit à notre matelas de quelques centimètres d’épaisseur et une moustiquaire. Quant à la salle de bains (pas de douche, mais un robinet) et aux toilettes, c’est au fond de la cour. Comme nous sommes sympas, nous ne parlerons pas de leur état de propreté !